Citesenmouvement.fr » Mouvements de vie » Comment devenir un chauffeur VTC ?
Le

Comment devenir un chauffeur VTC ?

Devenir un chauffeur VTC, ça ne se fait pas aussi facilement ! La législation et les formations sont particulièrement très encadrées.

Il est important de bien se renseigner, d’avoir les autorisations nécessaires, afin de pouvoir créer une entreprise de transport voire même votre auto-entreprise de transport.

Devenir chauffeur VTCPeut-on devenir VTC sans formation ?

Oui, il est possible de devenir un chauffeur VTC sans formation sans diplôme ni même sans avoir eu le baccalauréat. Toutefois bien évidemment, il y a des conditions à remplir. Les voici :

  • Il faut être le titulaire d’un permis de conduire avec une ancienneté minimale de trois ans. Attention : la période probatoire n’est pas comptée dans les trois ans d’ancienneté.
  • Il faut réaliser et passer un examen. Cet examen va se dérouler à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Seuls les chauffeurs ayant au moins un an d’expérience sont exemptés. Cette année d’expérience doit avoir eu lieu dans les dix dernières années.
  • Il ne faut pas avoir été interdit d’exercer, de gérer et d’avoir une entreprise. Il ne faut pas avoir eu un retrait de points sur le permis de conduire.
  • Il faut être en condition de conduire grâce à l’obtention d’un certificat médical établi par un des médecins présents de la préfecture.
  • Enfin il faudra avoir effectué une sorte de stage de préparation à la création d’une entreprise ce stage est pris en charge par le volant quoi si vous êtes demandeur d’emploi.

En respectant toutes ces conditions, vous allez avoir la possibilité d’avoir une carte professionnelle de chauffeur VTC.

Devenir un chauffeur VTC en auto-entreprise

Devenir un chauffeur VTCComment devenir un auto entrepreneur en tant que chauffeur VTC ? N’est-ce pas un objectif de devenir un chauffeur VTC indépendant ? En mettant toutes les cartes votre côté pour devenir auto entrepreneur, vous avez la possibilité de créer une entreprise avec votre métier qui est une passion. C’est l’occasion de devenir un chauffeur VTC concurrent de Uber.

Toutefois la loi est assez stricte sur ce point-là. En effet, vous ne pourrez pas exercer en tant qu’auto entrepreneur si vous n’êtes pas titulaire de la carte de chauffeur VTC. Mais, comme on l’a vu plus haut, la possibilité de passer une formation rapidement rend le métier particulièrement accessible.

Selon la vie de plusieurs chauffeurs, le métier n’est pas vraiment rentable. En effet il est important de bien calculer les charges qui sont très imposantes ! Le chiffre d’affaire quant à lui est intéressant, tout dépend de la localisation de votre activité.

Est-ce qu’il vaut mieux être salarié ou auto entrepreneur en tant que chauffeur VTC ? Il n’y a pas de vraie réponse à cette question… cela dépend de votre feeling. Malgré tout, c’est un super métier qui se présente à vous.

L’ubérisation a aussi contaminé le travail

Nous avons présenté le métier de VTC qui représente parfaitement ce monde, mais au vu du succès, il n’est pas surprenant de constater l’arrivée de nouveaux procédés. Le monde du travail commence à être investi par cette technique et cela est notamment valable pour la téléprospection. Cette dernière est particulièrement importante pour toutes les sociétés, car elles peuvent envisager l’avenir avec sérénité en décrochant de nouveaux contrats. Elles ne peuvent pas se reposer sur leurs acquis, mais elles jonglent également avec des budgets qui sont de plus en plus diminués. Au lieu de faire appel à un centre qui est souvent coûteux et qui ne répond pas à toutes les demandes, il est préférable d’opter pour ce site spécialisé dans l’ubérisation du travail.

Même si vous êtes intéressé par ce mode opératoire, vous ne comprenez pas forcément comment il peut fonctionner. Il suffit de prendre l’exemple du VTC, vous faites appel à lui depuis une plateforme de mise en relation. Il répond ainsi à votre demande dans les plus brefs délais.

  • Pour la téléprospection, la méthodologie est identique, vous avez des indépendants qui sont mis en relation avec les entreprises alors qu’ils travaillent depuis leur domicile.
  • Ils peuvent ainsi définir leurs horaires ainsi que leurs tarifs, vous pouvez ainsi identifier les meilleurs prix.
  • Lorsque les missions sont réalisées selon les attentes, la rémunération est effectuée.

L’émergence des freelances

Les sociétés ne font plus forcément appel à des sociétés spéciales pour réaliser diverses missions. Avec l’essor du Web et le développement de statuts assez spécifiques, les internautes ont pu embrasser de nouvelles carrières. Ce sont donc des freelances et ils travaillent selon les horaires qu’ils définissent sans avoir la contrainte des entreprises par exemple. Certes, ils n’ont pas de CDI ou de CDD, mais leur liberté est assez grande. Ils peuvent ainsi pratiquer des prix assez sympathiques, ce qui est le cas pour la téléprospection.

Les gains sont généralement importants pour les sociétés et pour les freelances :

  • Les travailleurs indépendants génèrent des bénéfices souvent colossaux s’ils développent un carnet d’adresses important.
  • les entreprises réalisent des économies, car les prestations sont souvent moins onéreuses que celles facturées par des centres.
  • La mission est réalisée sur mesure, il suffit d’expliquer au travailleur indépendant toutes les spécificités avec la plus grande précision pour obtenir un résultat satisfaisant.
  • Les sociétés peuvent embaucher des indépendants selon un budget spécifique, un temps défini…

Avec un centre d’appel, il y a souvent des forfaits qu’il est difficile de transformer selon les besoins. Cela génère des frais supplémentaires ou des délais plus conséquents. Avec l’ubérisation de la téléprospection, ces inconvénients sont rapidement balayés d’un revers de la main, vous conservez ainsi que les avantages.

Les articles en mouvements :